EN DIRECT - Chaos au Stade de France: les Sénateurs présentent les premières conclusions de l'enquête

EN DIRECT – Chaos au Stade de France: les Sénateurs présentent les premières conclusions de l’enquête

Advertisements

Advertisements

Pourquoi Lallement n’a pas validé la signalétique

Selon Buffet qui cite le rapport Cadot, la raison pour laquelle le préfet Lallement a retoqué l’idée de la signalétique en raison du mauvais fonctionnement lors de la finale de la Coupe de France Nice-Nantes.

L’audition des supporters de Liverpool et du Real reportée

Ils devaient être auditionnés ce matin mais cela n’a pas été possible. Leur audition est reportée à une date ultérieure.

“L’impression qu’il n’y a pas de responsable”

Lafon : “Tout cela donne l’impression qu’il n’y a pas de responsable. Et puisqu’il n’y a pas de responsable, il n’y a pas de coupable. (…) Nous notons que ce soit dans la phase de préparation, pendant les événements ou après, les différents acteurs qui ont eu à intervenir et qui ont tous, à un moment ou à un autre, ont failli, tous sont liés à l’Etat. Les conséquences appellent une réponse sur les mesures à prendre et mais aussi sur les responsabilités.”

Le Sénat veut auditionner l’UEFA

Buffet : “Nous avons besoin de comprendre pourquoi l’UEFA a autorisé l’impression de billets papiers alors que le principe est électronique. Nous voudrions auditionner l’UEFA. Nous avons fait la demande. Nous n’avons pas de réponse à ce jour.”

La gestion des images, un “élément très préoccupant”

Buffet : “Etaient présents au SDF un officier de police judiciaire qui avait le pouvoir d’exiger de conserver les images et “semble-t-il” d’un subsitut du procureur de la République (“on va vérifier” précise Buffet). Ces deux autorités ont le pouvoir de dire qu’il faut peut-être conserver ces images. Il aurait été utile de les conserver, et rien n’a été fait. Personne n’a eu l’idée ou l’intention de garder ces images. C’est un élément très préoccupant.”

L’absence d’images de vidéosurveillance est “une faute grave”

Sur la conservation des images : “On nous a dit que 30.000/40.000 étaient à l’extérieur. Des actes d’agression ont été constatés. Le ministre nous déclare qu’il détient les images qui ont été prises à l’occaision du match de football. J’ai envie de dire que nous dormons confiant… Entre temps, arrive l’audition de la FFF et nous apprenons que les images du Stade de France n’ont pas été conservées. Cela nous pose une difficulté majeure. Nous ne sommes pas capables de vérifier quelle était la situation autour du stade. Nous apprendrons ce jour que seule la préfecture de police détient ces images. On espère les voir… On attend encore un peu. La SNCF n’a conservé qu’une partie de ses images. Ces absences d’image constituent une faute grave.”

Une décision de la préfecture de police à l’origine des incidents, le Sénat charge Lallement

François-Noël Buffet : “L’organisation de cet événement a été à l’origine des incidents graves qui se sont déroulés au Stade de France. En premier lieu, l’orientation des spectateurs. Le 23 mai une réunion s’est tenue en préfecture en présence notamment de la FFF. Celle-ci avait proposé un jalonemment à partir de la station de RER D, pour orienter les flux des supporters en deux flux, vers le RER D et le RER B. Le préfet en a demandé la suppression. C’est le dysfonctionnement le plus important.”

Buffet déplore le choix du préfet de police de se concentrer sur la gestion des supporters plutôt que des actes de délinquance autour du stade, lesquels ont débuté en début d’après-midi. “Ce n’est pas un bon choix, juge Buffet. En matière de sécurité, l’aspect de la gestion de la délinquance a été mise sous le tapis.”

Les premières conclusions des sénateurs

Des dysfonctionnements nombreux, “d’une rare gravité.” Les conséquences auraient pu “être dramatiques”, avance Laurent Lafon. Ce dernier regrette que la France n’ait pas suffisamment pris en compte les “spécificités” des supporters anglais qui se déplacent “en masse.” Sur les billets en format papier, Lafon s’interroge sur l’incapacité par les autorités françaises mais aussi anglaises pour détecter cette fraude. Autre point, le niveau de la délinquance fut élevé et détecté dès 14h. Et dans plusieurs endroits, pas uniquement aux côtés des fans de Liverpool. La grève du RER B a engendré des “dysfonctionnements multiples.” A la lecture des événements, cela a été “insuffisamment préparé en amont”, regrette Laurent Lafon. L’impact de la grève sur les flux n’a été abordé que lors de la réunion du 27 mai, seulement la veille de la finale. Enfin Lafon regrette le mauvais fonctionnement des points de filtrage qui ont “complexifié la gestion des flux.”

Les excuses des Sénateurs

Les Sénateurs présentent leurs excuses, en particulier aux fans anglais qui se sont déplacés en France.Le travail n’est pas terminé. De nouvelles auditions vont avoir lieu dans les prochaines semaines.

De nouvelles révélations sur les incidents au Stade de France ?

Une délégation de sénateurs en charge des auditions sur les incidents survenus le 28 ma au Stade de France s’exprime ce jeudi à Saint-Denis. Laurent Lafon président de la commission de la culture et François-Noël Buffet, président de la commission des lois doivent prendre la parole à 16h30.

L’audition de Michel Cadot est terminée

Dans l’après-midi, une délégation de sénateurs se rend à Saint-Denis pour échanger avec les dirigeants du consortium du Stade de France et visiter le PC sécurité et les installations de vidéoprojection. Les élus “analyseront ensuite le cheminement conduisant les spectateurs des sorties des RER B et D jusqu’à l’enceinte du stade afin de prendre la mesure des problèmes rencontrés sur les points de filtrage”, a précisé le Sénat.

A l’issue de cette visite, les “premières conclusions” seront rendues dans l’enceinte même du Stade de France.

Michel Cadot ne se penchera pas sur la vidéosurveillance

“Ce dossier fait l’objet d’un suivi judiciaire. C’est dans ce cadre que ces investigations doivent être conduites, je n’ai pas la qualité d’un juge, encore moins celle d’un procureur. Ce n’est pas ma capacité de le faire. Je fais des recommandations. Je ne peux pas m’immiscer dans le suivi de vidéos, pour ce qui en reste”.

Michel Cadot balaie l’argument du “court délai” pour organiser la finale

“Le délai court a-t-il suscité les difficultés? Je réponds que non. Nous sommes parfaitement à même, pour un site comme le Stade de France, d’organiser un grand événement en trois ou quatre mois. Ce n’est pas un événement inédit. On est capables de le faire. Cela exigeait de ne pas perdre de temps, d’anticiper sur les vrais sujets”.

Le Sénat prévoit toujours l’audition des représentants de supporters

François-Noël Buffet, sénateur du Rhône et président de la commission des lois du Sénat: “Nous avons essayé d’organiser l’audition des supporters ou de leurs représentants ce matin. Ils nous ont dit que ce n’était pas possible pour eux. L’organisation est en cours. Ils seront auditionnés. La demande d’auditionner le maire de Saint-Denis sera également satisfaite, car nous n’avons pas terminé notre travail”.

Michel Cadot: “10 à 12% de faux billets sur les tickets papier de Liverpool”

“Ce qui a compliqué le préfiltrage, c’est la masse de personnes sans billets. Si elles avaient été mieux réparties, le dispositif aurait pu mieux les assumer. Les billets falsifiés représentent, sur l’échantillon des trois portes, et même sur la totalité aux portes, un taux autour de 10 à 12% des 20.000 billets papier attribués à Liverpool. C’est quatre fois plus que ce qui avait été constaté pour PSG-Liverpool en 2018 pour la Ligue des champions”.

Michel Cadot détaille ses chiffres sur les arrivées par les transports en commun

“Dans les événements classiques à jauge pleine, le Stade de France remplit 75.000-80.000 places. 48.000 personnes viennent par les transports collectifs, plus de 20.000 par le RER B, moins de 10.000 par le RER D, 16.000 de la ligne 13 (du métro)”.

“La Coupe de France, 9.000 sur le RER B, 9.000 sur le RER D et 30.000 sur la ligne 13. Il n’y a pas eu de personnes sans billets. Le reste, c’était les taxis, les cars, les voitures”.

“Pour la Ligue des champions, entre 17h et 21h, on était à 80.000 en transports collectifs. Donc 30.000 de plus par rapport à la Coupe de France”.

Michel Cadot: “Il y a toujours eu 45.000 personnes dans la fanzone de Vincennes”

“Il y avait toujours un nombre important de visiteurs sans billets. C’est pour cela qu’on a choisi une zone de visionnage à Vincennes, ce n’était pas possible au Stade de France en raison de l’espace contraint, pour les fixer. Il y a toujours eu 45.000 personnes dans cette zone, y compris pendant le match. On peut penser qu’il y a eu un départ de 12.000 personnes vers le stade. Mais il ne s’agit pas de la totalité des 30.000 personnes en surplus (autour du stade)”.

Michel Cadot sur la polémique de la vidéosurveillance

“Les caméras, j’ai indiqué ne pas les avoir vues. (…) D’un point de vue extérieur, je peux comprendre que le citoyen ait un peu de peine à comprendre et considérer que c’est une forme d’automaticité qui est intervenue dans cette affaire”.

Les sénateurs posent leurs questions

Le propos préliminaire de Michel Cadot a duré plus longtemps que prévu. Il voulait s’en tenir à 10 minutes, on a approché les 30.

Michel Cadot alerte sur les flux dans les transports lors des JO 2024

“Il y aura (au nord de Paris) le centre aquatique olympique (à Saint-Denis) et les épreuves d’escalade au Bourget. Cela risque de conduire à ce qu’il y ait plus de 80.000 personnes (dans la zone et les transports). Il faut donc coordonner, planifier en avance toutes les solutions, être capable des les gérer de marnière réactive”.

Michel Cadot recommande de mieux accompagner les spectateurs

“Quand on est sur des matchs où il n’y a pas de risques de violences avérés, il ne faut pas hésiter à renforcer l’accompagnement des spectateurs: une approche de signalétique, de prise en charge dès la gare par des bénévoles, des personnes identifiables facilement, un dispo d’accompagnement pour réorienter les flux”.

“Quand on est dans la situation de devoir réagir par des moyens d’ordre public, il faut essayer de privilégier en amont la prévention, passer des messages par des haut-parleurs et des écrans, de façon à sensibiliser une foule qui n’était pas en situation de conflit. Pour assurer une meilleure prévention de l’escalade des tensions. Peut-être faut-il réfléchir à la présence de brigades montées. C’est notamment utilisé par certains pays étrangers”.

“Ce n’est pas neuf, la plupart de ces recommandations existent. (…) Avec le confinement de ces dernières années, les matchs avec jauges sanitaires… Je pense qu’il y a nécessité de rappeler cette méthode à l’ensemble des préfets, en les accompagnant et en les aidant à les mettre en place”.

Michel Cadot: la gestion de la délinquance “pas satisfaisante”

“La gestion de la crise, pour la mesure qui était celle de laisser s’écouler le surplus de personnes sous le tunnel de l’A1, a été globalement pertinente. Cet embouteillage n’aurait pas dû se produire, avec une meilleure orientation des flux en amont. Le rétablissement de ce préfiltrage a été nécessaire et s’est fait dans un délai raisonnable. La gestion de la délinquance au niveau du parvis, ou du rétablissement de l’ordre public, a évidemment été rendu nécessaire, mais dans des conditions qui ne sont pas complètement satisfaisantes et qui appellent une approche différente”.

Michel Cadot sur les premières difficultés

“Les difficultés sont apparues au moment de l’exécution des mesures. Principalement dans la gestion des flux. Non pas dans le transport des supporters: le système de transports a été efficace. Mais l’orientation a été fait de manière trop massive sur le RER D, en raison de la grève du RER B. (…) Il y a eu des difficultés dans l’adaptation du préfiltrage, avec une lenteur dans la prise en compte du phénomène de délinquance. Ceux-ci ont été constatés dès 14h et se sont développés au fur et à mesure que la foule se développait”.

L’audition de Michel Cadot commence

Pour rappel, les sénateurs entendent le délégué interministériel aux JO et aux grands évènements, Michel Cadot, qui a pointé dans un rapport remis vendredi dernier à Elisabeth Borne les dysfonctionnements au sein de la police comme chez les organisateurs.

Dans l’après-midi, une délégation de membres des deux commissions se rendra à Saint-Denis pour échanger avec les dirigeants du consortium du Stade de France et visiter le PC sécurité et les installations de vidéoprojection.

A l’issue de cette visite, les sénateurs présenteront à la presse “leurs premières conclusions sur les événements du 28 mai”, dans l’enceinte même du Stade de France.

Perez fracasse le choix d’organiser la finale au Stade de France

Dans son interview à l’émission El Chiringuito, Florentino Perez s’est interrogé sur le choix de recolaliser la finale de la Ligue des champions au Stade de France après son retrait à Saint-Pétersbourg, le 25 février dernier. Il sous-entend une décision pour faire plaisir au PSG, alors bien parti pour se qualifier en quart de finale après sa victoire (1-0) en huitième de finale aller de la Ligue des champions face au Real Madrid. Les Parisiens avaient finalement été éliminés trois semaines en Espagne (3-1).

>> Retrouvez toutes les déclarations de Perez sur le Stade de France ici

“Cela (les incidents) a blessé le monde entier. Ce spectacle ne peut jamais être donné dans la vie. Nous avons envoyé une lettre à l’UEFA et au gouvernement français. Ils ont blâmé les supporters de Liverpool, mais eux et les supporters madrilènes ont subi les mêmes agressions, vols et violences. Pourquoi avoir choisi ce site? Tout le monde savait qu’il fallait des mesures de sécurité dans cette zone. Ils ne nous ont rien dit. Dites-nous pourquoi ils ont pris Paris et Saint Denis. Le changement de lieu a lieu entre les huitièmes de finale aller et retour et des gens pensent qu’ils ont décidé de délocaliser le match à Paris en pensant que le PSG allait éliminer Madrid.”

Finalement, les supporters du Real et de Liverpool ne seront pas auditionnés

Selon L’Equipe, l’audition de représentants de supporters par le Sénat un temps prévue ce jeudi, près de trois semaines après les incidents survenus le 28 mai au Stade de France lors de la finale de la Ligue des champions entre Liverpool et le Real Madrid, n’aura finalement pas lieu.

Visite et point-presse au Stade de France

Après avoir auditionné de nombreux témoins ou acteurs en charge de l’organisation de la finale de la Ligue des champions (ministres de l’Intérieur, des Sports, FFF, RATP, SNCF, maire de la métropole de Liverpool…), les sénateurs vont se rendre au Stade de France ce jeudi pour faire des observations. Ils tiendront une conférence de presse à 16h30.

Bonjour à tous!

Bienvenue dans notre live pour suivre l’audition de Michel Cadot, délégué interministériel aux grands événements sportifs, ce jeudi à 10h30, devant la commission de la culture, de l’éducation et de la communication et commission des lois constitutionnelles, de législation, du suffrage universel, du Règlement et d’administration générale du Sénat.

Il s’expliquera sur l’organisation de la finale de la Ligue des champions le 28 lai dernier.

Leave a Comment

Your email address will not be published.